2018-10-11

 

Science-fiction franco-ontarienne, inflation et anti-sémitisme

Dans un article de 2013, j'avais exploré l'histoire de la science-fiction et du fantastique d'expression française en Ontario.  J'y signalais entre autres une nouvelle de l'auteur franco-ontarien Sylva Clapin, « Le roi de l'or », parue en 1911.  Dans ce texte tout à fait singulier pour son époque au Canada, la fabrication alchimique de l'or est maîtrisée — au grand dam de la finance juive — par un inventeur canadien-français.  Si on envisage d'affecter cette richesse inopinée à l'endiguement du détroit de Belle Isle pour réchauffer le golfe du Saint-Laurent et transformer le climat, la surabondance d'or entraîne une inflation galopante qui ruine l'économie.

Clapin admettait fort honnêtement qu'il s'était inspirée d'une nouvelle parue en France, « Le déluge de l'or », dix ans plus tôt environ, mais il n'indiquait rien de plus.  De fait, il s'agit d'une nouvelle publiée en une dans Le Journal de Paris le 21 mars 1902.  Le nom du héros, Julius Leroy, a sans doute inspiré le titre de Clapin.  Leroy fabrique également de l'or, dont il fait bénéficier la France.  Toutefois, comme dans le texte de Clapin, l'inflation déchaînée entraîne la ruine économique du pays, malgré une tentative d'utiliser l'argent comme étalon métallique des valeurs.

Ce qui ne se trouve pas dans la nouvelle d'Edouard d'Houghe (ou d'Hovghe), de Douai, qui avait obtenu la sixième place du concours littéraire du Journal (et un prix de 200 francs annoncé dans le numéro du 21 février) : l'anti-sémitisme et le réchauffement climatique du golfe du Saint-Laurent.  Il faut donc déplorer que Clapin ait succombé à l'humeur anti-sémite de l'époque répandue dans certains cercles canadiens-français (plus ou moins inspirés par l'antidreyfusisme français).

Toutefois, Edouard d'Houghe semble avoir été moins honnête que Clapin en ce qui concerne ses propres sources.  Dans le supplément du 10 ou 18 février 1849 de la revue La Sylphide, fondée en 1840, un dénommé Courtois signe un article intitulé « Les mines d'or de la Californie ».  Il décrit les conséquences d'un afflux d'or californien, obtenu au moindre effort et en quantités illimitées : « L'effet désastreux de cette surabondance ne saurait se faire longtemps attendre.  Le blé, la propriété, les salaires, toutes les choses usuelles pourront décupler, centupler de valeur, sans rien ajouter à la fortune publique, et en jetant en Europe une perturbation, sans exemple encore dans l'histoire du monde. La surcharge de l'or fera ce qu'a fait la surcharge des assignats, qui, accueillis d'abord avec confiance, s'élevèrent promptement au taux de quarante milliards et devinrent pour le pays une effroyable Calamité.  La propriété était nulle, et les moindres choses avaient centuplé de prix.  Tout signe représentatif étant anéanti, la misère devint universelle.  Le même agiotage se reproduira, mais grandissant avec l'événement, il s'étendra au monde entier.  D'année en année, plus fréquemment encore, se produira l'échelle de dépréciation comme au temps des assignats, selon le plus ou le moins de métaux qui arriveront sur le marché. La crainte devancera l'événement, et de toutes parts on fera effort pour rejeter sur ses voisins le numéraire déprécié. »

Comme le phénomène de l'inflation par faute d'un excès de liquidités n'était pas inconnu, ce passage ne prouve rien.  Cependant, quelques lignes plus loin, les lecteurs tomberont sur ce paragraphe :

« Si, au milieu de ce déluge de l'or, la production de l'argent n'augmentait pas, le mal serait en partie conjuré, mais ce ne serait que pour bien peu de temps, car l'abondance de ce métal est de beaucoup supérieure à celle de l'or, et l'accroissement de valeur qu'il recevrait pousserait bientôt à une exploitation sans mesure. » 

C'est moi qui souligne l'expression qui fournit à Édouard d'Hovghe un titre.  De plus, ce paragraphe lui fournit aussi un rebondissement.  Dans la nouvelle, les gouvernements européens tentent bel et bien de faire de l'argent le nouvel étalon monétaire, mais Julius Leroy a plus d'un tour dans son sac : « Alors, implacablement, Julius Leroy révéla que la « pierre au blanc » transmuait les métaux en argent. »  Dans ce cas, les parallèles semblent révélateurs et emportent la conviction.

Ainsi, la nouvelle de proto-sf de Clapin s'inspirerait en définitive d'un texte sur des mines d'or nord-américaines...  La boucle est bouclée.

Libellés : , ,


2018-09-01

 

Quand la recherche inspire la science-fiction

Il est désormais possible de se procurer en format numérique l'anthologie Dimension Technosciences @ venir chez Rivière blanche.  Réunie par Thierry Bosch et Jean-Claude Dunyach, elle inclut des nouvelles et des essais.  Les nouvelles s'inspirent des domaines de recherche explorés par les scientifiques et technologues du Laboratoire d'analyse et d'architecture des systèmes (LAAS) du CNRS à Toulouse, tandis que la plupart des essais sont signés par des chercheurs du LAAS.  Un article de Francis St-Martin et une postface de Roland Lehoucq complètent le sommaire, pour l'essentiel.
Cette publication s'inscrit dans les festivités organisées pour célébrer les cinquante ans du LAAS.  On retrouve au sommaire une jolie brochette d'auteurs francophones, dont Pierre Bordage, Lionel Davoust, Sylvie Denis, Catherine Dufour, Silène Edgar, Raphaël Granier de Cassagnac, Xavier Mauméjean et Olivier Paquet pour ce qui est des nouvelliers.  Liste à laquelle je suis honoré de m'ajouter en signant la nouvelle inédite « Semeuses d'amour en orbite instable », qui porte — entre autres — sur les générations futures de satellites miniaturisés, dont les plus petits se mériteront le nom de femtosatellites pour désigner leur poids extrêmement réduit (100 grammes ou moins).

L'exemplaire papier de l'anthologie sera disponible en octobre et elle sera en vente, par exemple, aux Utopiales de Nantes.

Libellés : , , ,


2018-08-28

 

Le retour des Derniers Lecteurs

En l'an 2000, un récit de ma plume intitulé « Les derniers lecteurs » paraissait dans l'anthologie Escales 2001 (Paris, Fleuve Noir) réunie par Sylvie Denis.  Après avoir été repris dans mon recueil Les Marées à venir (Ottawa, Vermillon) en 2009, voici qu'il connaît une nouvelle vie grâce à son édition numérique chez Nutty Sheep cette année.

Sous la forme d'un court roman, il récolte aussi les commentaires des lectrices et lecteurs.  Ainsi, en mai dernier, Marie-Hélène Fasquel en parlait sur son blogue, Fahrenheit 452.  Plus récemment, une abonnée du site Babelio signait un commentaire sur ce court roman, en se montrant sensible à la pertinence qu'il conserve encore aujourd'hui.


Presque vingt ans plus tard, nos existences numériques ne sont pas exactement semblables à ce que je laissais entrevoir, mais le versant numérique de nos vies quotidiennes est au moins aussi complet.  Et notre dépendance à l'égard des choix effectués par les maîtres des données n'est allée qu'en grandissant...

Libellés : ,


2018-07-15

 

Les Fables canadiennes de Jules Verne

Aux Presses de l'Université d'Ottawa vient de sortir un nouveau livre : Les Fables canadiennes de Jules Verne par Gérard Fabre.  Comme on connaît mon intérêt pour Jules Verne, on comprendra que je l'ai lu sans tarder.  Fabre se concentre sur le Canada vu par Verne, à la lumière des trois principaux romans signés par le romancier à se dérouler dans les limites actuelles du pays, soit Le Pays des fourrures (1872-1873), Famille-Sans-Nom (1889) et la version révisée par Michel Verne du Volcan d'Or (1905-1906), en retenant la date de parution en feuilleton.  Il aurait été possible d'adopter une définition plus expansive, qui aurait inclus des romans qui survolent ou traversent le Canada sans en faire un réel sujet narratif.  Ainsi, dans une compilation récente de langue anglaise, The Canadian Adventures of Jules Verne (2015), l'éditeur ajoute les Aventures du capitaine Hatteras (1866), Robur le Conquérant (1886) et Sans dessus dessous (1889).  Durant les discussions d'un colloque tenu en juin dernier à l'Université d'Ottawa sur le sujet de l'imaginaire nord-américain de Jules Verne, les discussions ont aussi noté le passage par le Canada du héros éponyme de César Cascabel (1890).  D'ailleurs, Fabre n'oublie pas de mentionner des personnages majeurs, canadiens ou d'ascendance canadienne, dans les autres Voyages extraordinaires, comme Ned Land dans Vingt mille lieues sous les mers ou Max Réal dans Le Testament d'un excentrique.

Néanmoins, les trois romans retenus par Fabre lui permettent de suivre plusieurs fils conducteurs significatifs, tant pour la compréhension de la pensée de Verne sur le Canada que pour la place de ses ouvrages canadiens dans la littérature française contemporaire sur l'Amérique du Nord.  Outre l'utilisation des trois romans pour réfléchir à l'imaginaire vernien, Fabre signe aussi un double survol de la place du Canada dans la production vernienne et de la question coloniale en France à cette époque.  En guise de prolongement à l'étude du Pays des fourrures, Fabre recense également les variations de la figure du « voyageur canadien (français) » dans la littérature française du XIXe siècle (et un peu au-delà).

Ce dernier inventaire s'avère d'un intérêt inattendu, si ce n'est que par l'assimilation fréquente, semble-t-il, des coureurs des bois et trappeurs canadiens aux Métis et Bois-brûlés de l'Ouest.  Même si Fabre laisse entendre que les stéréotypes l'emportent de loin sur la vraisemblance ou la fidélité à d'éventuels modèles, il y aurait sûrement une étude à faire pour embrasser les représentations des Métis à la fois dans la littérature canadienne et la production romanesque française.  En 2003, Albert Braz avait tiré de sa thèse de 1999 un ouvrage, The False Traitor:  Louis Riel in Canadian Culture (Toronto, University of Toronto Press), qui se penchait sur les représentations de Riel dans les fictions canadiennes.  Malgré quelques références additionnelles, il n'aurait pas inclus les ouvrages d'Henri-Émile Chevalier (1828-1879), par exemple, auteur français établi à Montréal de 1853 à 1860 qui publie une demi-douzaine de titres, tant au Canada qu'en France, où on retrouve des Métis.

Les personnages de trappeurs de Gustave Aimard (Olivier Gloux, 1818-1883) sont souvent métissés, ce que laisse entendre la description de Pierre-Jean-Baptiste Berger dans le diptyque La Belle Rivière.  Il en va de même pour le personnage éponyme du roman Balle-Franche (1867) et pour le chasseur Belhumeur, « un Canadien Bois-Brûlé de la Rivière Rouge » qui circule dans une dizaine de romans, dont la trilogie Les Bois-Brûlés (1875-1876).  Plus tardif, Louis Boussenard (1847-1910) consacre un roman, Le Défilé d'enfer (1891), aux rébellions de Louis Riel et des « Bois-Brûlés ».  Encore plus tardif, Maurice Constantin-Weyer a une expérience du terrain qui fait défaut à plusieurs autres auteurs et il incorpore à ses romans de l'entre-deux-guerres un Métis nommé Napoléon Brazeau.

En 1987, dans Mythe et reflet de la France, Sylvain Simard s'était déjà intéressé à la représentation du Canada dans le roman d'aventures français (pp. 206-226).  Il avait évoqué les personnages métis croisés par les protagonistes de Boussenard et cité le roman Les Arpents de neige (1910) de Joseph-Émile Poirier qui se déroulait durant la rébellion du Nord-Ouest.

Fabre offre une lecture géopolitique des romans canadiens de Verne, où s'affronteraient les visées hégémoniques de la Grande-Bretagne et des États-Unis en Amérique du Nord, ainsi peut-être que les préférences de l'auteur lui-même.  Respect pour la détermination des Britanniques, fascination pour l'énergie des Étatsuniens, sympathie pour les Français d'Amérique, mélange de considération et de commisération pour les autochtones...  Du Pays des fourrures au Volcan d'or, il y a trente ans d'écriture et de vie.  Des époques évoquées dans le Pays des fourrures et Famille-Sans-Nom au Volcan d'or, il y a plus de soixante ans d'histoire.  Verne n'ignore pas la montée en puissance parfois brutale des États-Unis au fil des ans, et il investit ses espoirs dans le succès du pacte confédératif canadien, annonciateur de l'Entente cordiale anglo-britannique.

Jules Verne n'a jamais passé pour un auteur léger.  Le didactisme géographique et l'audace de son imagination technico-scientifique le distinguaient déjà de plusieurs auteurs populaires de son temps.  Fabre examine dans quelle mesure ses livres cadraient aussi avec les conceptions françaises existantes du Canada et du Québec, et dans quelle mesure ils ont pu les façonner.  De ce point de vue, il ne s'agit pas de confronter les romans canadiens de Verne et les réalités canadiennes.  Assujetti aux attentes d'un public déjà friand d'aventures situées au Far West et tributaire de son ignorance du terrain, Verne n'était pas en mesure d'offrir un portrait du Canada qui emporterait l'adhésion des Canadiens, mais il fournit aux Français d'alors des grilles de lecture qui conservent au Canada une certaine affection instinctive du public français, encore présente aujourd'hui dans le fantasme français de la « cabane au Canada ».  La démonstration de Fabre à cet égard est à la fois instructive et stimulante.

Comme le sujet m'intéresse, je vais en profiter pour relever quelques remarques secondaires de l'auteur.  On aura compris qu'approfondir les sources et les ressorts des récits proprement dits étaient moins importants à ses yeux que comprendre leur aspect performatif.  Comme historien, je constate néanmoins qu'il reste des points à éclaircir pour mieux saisir les rapports de Verne avec le Canada et ses réalités historiques.

Dans Le Pays des fourrures, Verne envoie un astronome fictif, Thomas Black, observer l'éclipse solaire de 1860 sur les rives de l'Océan Arctique.  En page 49, Fabre suggère qu'il s'inspirait peut-être de l'expédition de Stephen Alexander au Labrador à la même date, mais il est en fait plus probable que Verne connaissait l'expédition au Manitoba de l'astronome canado-étatsunien Simon Newcomb (modèle possible du professeur Moriarty de Doyle et futur auteur de proto-science-fiction à ses heures) pour observer l'éclipse de 1860.  Comme Black dans le roman, Newcomb doit collaborer avec la Compagnie de la Baie d'Hudson (on lira à ce sujet Enlightened Zeal de Ted Binnema).

Toutefois, Newcomb n'avait pas eu besoin de voyager dans le Grand Nord pour observer l'éclipse de 1860, nettement plus visible et plus facile à observer du sud des Prairies.  Mais il avait au moins un prédécesseur dans le domaine, et qui était monté beaucoup plus près de la destination de Black dans le roman.  En 1843-1844, en effet, le géophysicien anglais John Henry Lefroy avait déjà sillonné les Territoires du Nord-Ouest, afin de procéder à des observations géomagnétiques.  Il était monté jusqu'à la latitude du Grand Lac de l'Ours, à deux cents kilomètres à peine du littoral de l'Océan Arctique.  Un jour, il faudra relire le roman à la lumière de ces deux expéditions.

Autre roman à relire, cette fois pour son traitement des autochtones : Famille-Sans-Nom.  En page 109, Fabre assure que Verne a inventé le patronyme du notaire huron Nicolas Sagamore dans Famille-Sans-Nom et envisage un sous-entendu voulu par l'auteur afin de signifier que les sagas de l'Amérique d'antan étaient bien mortes avec l'embourgeoisement des chefs tribaux.

L'idée qu'un grand chef des Wendats puisse être un notaire trouve peut-être son origine dans le récit du voyage au Canada en 1873 d'Henri de Lamothe, publié sous le titre Cinq mois chez les Français d'Amérique.  L'auteur évoque le grand chef « Houendat » de l'époque, François Xavier Picard/Tahourenché, ainsi que les modalités de son élection et note : « C'est ainsi, m'a-t-on assuré, qu'un beau jour les descendants des farouches alliés de Champlain se sont trouvés avoir pour chef légitime, par décision du conseil des chefs et en vertu des coutumes antiques, un honorable citoyen de Québec qui cumulait sa haute dignité « sauvage » avec le paisible gouvernement d'une étude de notaire. »  L'anecdote avait ensuite servi, selon Sylvain Simard, à Boussenard, dans ses Aventures d'un gamin de Paris au pays des bisons (1886), mais aussi dans des écrits antérieurs du romancier franco-canadien Henri-Émile Chevalier.  Dans ce dernier cas, toutefois, l'anecdote de Lamothe serait trop récente pour en être la source.  (Henri de Lamothe avait-il mal compris ce qu'on lui avait dit ?  Le fils de François-Xavier Picard Tahourenché, Paul Picard, pratiquait le notariat depuis 1870 au moment de sa visite, même s'il n'a jamais été grand chef.  Voir Jonathan Christopher Lainey, La "monnaie des sauvages", Septentrion, 2004, p. 122.)

Si le patronyme de Nicolas Sagamore n'est ni québécois ni wendat, il n'est pas inventé pour autant, toutefois.  En 1848, l'écrivain québécois François Marie « Uncas » Maximilien Bibaud fit paraître Biographie des Sagamos illustres de l'Amérique septentrionale (Montréal, Lovell et Gibson).  Dans cet ouvrage, Bibaud explique que les peuples du littoral atlantique, du Maine à la Nouvelle-Écosse actuelle, appelaient leurs chefs des « Sagamos » (p. 52), ce qu'il traduit par « seigneur souverain ».  Ceci correspond effectivement à un mot algonquien, dont les variantes ont été transcrites de plusieurs façons différentes.  Chez les Algonquiens maritimes, il aurait servi à désigner les chefs héréditaires plutôt que les chefs de guerre (plus ou moins élus, selon les besoins du moment, en fonction de leurs prouesses passées).  Ce mot est de fait à l'origine du terme « sachem », qui est passé en français, ainsi que du terme « sagamore », plus connu en anglais.  Les Algonquiens du nord (Crees, etc.) préfèrent « okima », sous une forme ou une autre , tandis que les Algonquiens du centre (Ojibwés, etc.) ont « ogimaa » ou « ogimauh ».

Ce mot algonquien ne s'appliquerait pas nécessairement à un chef iroquoien des Wendats (dont les mots pour roi et général emploieraient plutôt la racine onont également usitée pour désigner la tête ou la montagne), mais on peut douter que Verne était en mesure d'opérer cette distinction.  La plupart des termes employés dans Famille-Sans-Nom en rapport avec les Hurons sont le plus souvent algonquiens, d'ailleurs.

Bref, si Verne s'amuse faire du notaire Sagamore un chef qui est tout le contraire des grands héros de sagas, le nom renvoie néanmoins à un mot connu au XIXe s. pour désigner les chefs et seigneurs des nations autochtones.  Il semblerait d'ailleurs qu'il ait emprunté le terme à des sources anglophones plutôt que francophones.

Ce qui est cohérent.  Contrairement à une légende parfois colportée au Québec, Verne n'avait jamais mis le pied dans la province et son unique visite du Canada se bornait à une promenade d'une heure environ sur la berge canadienne des chutes du Niagara, en 1867.

Fabre, qui se penche avec bonheur sur les illustrations des romans originaux de Verne, en particulier dans Le Pays des fourrures, néglige de mentionner que l'illustrateur de Famille-Sans-Nom, Georges Tiret-Bognet (1855-1935), avait séjourné au Canada, toutefois.  Selon un article reproduit dans Le Courrier de St-Hyacinthe le 8 janvier 1889, c'était vers 1887.  Selon Sylvain Simard, c'était l'année avant la publication de Famille-Sans-Nom.

En fait, il s'agit plus probablement d'une référence à son voyage en compagnie de Georges Demanche et quelques autres, d'août à octobre 1885, tel que relaté dans l'ouvrage Au Canada et chez les Peaux-Rouges (1890) du même Demanche.  Partis en même temps qu'une délégation d'une cinquantaine de Français à bord du steamer Damara, Demanche et Tiret-Bognet pousseront jusqu'en Colombie-Britannique et obtiendront même de rencontrer Poundmaker en prison.  L'ouvrage utilise les croquis de Tiret-Bognet, mais ceux-ci auront sans doute été moins utiles pour le roman de Verne, qui se passe cinquante ans avant cette visite.

J'ai été un peu surpris de constater que l'ouvrage mentionne l'explorateur français Étienne Richet (1873-1929) deux fois sans se pencher sur la lettre de 1896 que Richet affirme avoir reçue de Jules Verne « dans [son] dernier courrier d'Europe, au moment précis où [il allait] quitter la Colombie britannique pour naviguer dans les mers de Behring ».  Cette lettre devient publique après la mort de Verne, le vendredi 24 mars 1905.  Richet la communique au Gaulois qui la publie dès le lendemain, le 25 mars, en une.  Je la recopie ici, aussi fidèlement que possible :

Amiens, 12 février 1896

Monsieur,

Au moment où vous partez, monsieur, pour le compte du gouvernement anglais, avec l’audace tranquille qui caractérise la jeunesse, à la découverte de terres inconnues, je ne veux pas qu’on puisse dire un jour chez nous qu’aucun compatriote n’a salué vos débuts.

Vous me faites songer à ces Français du dix-huitième siècle, n’ayant que la cape et l’épée, mais de cœur ferme et d’esprit hardi, qui nous donnèrent ce Canada, choisi comme champ de vos exploits.

Tel qu’il nous apparaît, ce pays a un rôle à jouer dans l’évolution française en Amérique ; ce rôle est des plus importants, et il dépend de vous, peut-être, de transformer des obstacles apparents en réels auxiliaires de notre action.

Depuis des années, loin de nos agitations vaines, il se produit par-delà l’Atlantique toute une épopée : c’est la montée silencieuse, à travers les forêts et les prairies du Nouveau Monde, d’une France nouvelle.  Si rien ne vient entraver le mouvement de la population, les Canadiens-Français compteront, dans un siècle, quarante millions d'âmes sur les cent millions que contiendra le Dominion.  Le nouveau peuple occupera en entier, à cette époque, outre le bassin  du Saint-Laurent, ceux de l’Ottawa, du Saint-Maurice et du Saguenay, la péninsule du Labrador et les territoires immenses situés au nord des lacs Huron et Supérieur.

En regardant la carte d’Amérique, nous voyons que ce pays — cinq fois plus grand que la France ! — occupe tout le nord-ouest de l’Amérique septentrionale.

D’après les données ethnologiques  que nous possédons déjà, c’est ainsi que devra se constituer et se localiser la France américaine de l’avenir.

L’avenir !  II serait téméraire de prophétiser.  Mais il est permis de croire que, réalisant les appréhensions de son fondateur, l’illustre Washington, le colosse américain croulera et que trois ou quatre grands États s’élèveront sur ses ruines.

En présence de cette éventualité, quiconque connaît les tendances de la race allemande et la position qu’elle occupe en Amérique peut prédire qu’un empire allemand surgira dans la vallée du Mississipi [sic], qu’elle contrôle déjà par sa langue, sa littérature et son influence sur les affaires publiques.

Cet empire naissant aux rives du Mississipi [sic] ne fait-il pas songer à un autre empire sur les bords du Saint-Laurent, jouant sur le continent le rôle de la France en Europe ; pays de civilisation et de liberté, pays généreux, prêt à combattre pour un grand principe ou pour la défense d’une cause sainte, champion de l’art et de la pensée, manifestant dans le nouveau monde les initiatives fécondes et les vertus brillantes de l’âme française ?

C’est un rêve, je le sais, un rêve ambitieux, mais un noble écrivain [Ernest Renan] n’a-t-il pas dit que « tout ce qui a été fait de grand dans le monde a été fait au nom d’espérances exagérées ?»

Dans les aventures du genre de celle que vous tentez, les circonstances  sont parfois plus fortes que les hommes.  Mais, quoi qu’il puisse advenir de vous et de vos compagnons de route, laissez-moi vous dire avant votre départ, que j’ai l’admiration la plus haute pour ceux qui honorent l’humanité par leur courage et leur énergie.

Mes vœux et mes pensées vous accompagneront durant votre périlleux voyage et je mets ici, à votre adresse,  toutes les sympathies du vieux conteur,

JULES VERNE

La lettre sera réimprimée plusieurs fois, entre autres dans le Journal d'Amiens du 27 mars, puis dans le numéro du 15 avril du bimensuel France-Canada, dans La Presse du 15 avril, dans la livraison du 22 avril de La Vérité et dans l'édition du 5 juin du Courrier de St-Hyacinthe.  Selon Thomas Chapais dans Le Soleil du 12 avril 1907, on la retrouve également dans le Courrier des États-Unis.   Elle sort dès le 5 avril 1905 dans L'Abeille de la Nouvelle-Orléans.  Le poète Charles Lambert de Roode (1859-1925) fait allusion à cette lettre (et en reproduit un extrait) dans le numéro du 16 avril du Nationaliste, tout comme un article de l'Union des Cantons de l'Est d'Arthabaskaville la cite encore le 28 avril.  Elle est réimprimée une fois de plus en 1961 dans le Bulletin des recherches historiques avant d'être exhumée dans le numéro 55 du Bulletin de la Société Jules Verne en 1980, qui la décrit comme « peu connue » mais ne soulève aucun doute quant à sa provenance.

Comme la lettre révèle un certain enthousiasme pour les perspectives canadiennes-françaises de la part de Verne, qui conforte dans une certaine mesure la thèse de Fabre, je me suis demandé si celui-ci avait omis d'en parler parce qu'il en suspectait l'authenticité.  En effet, le 30 mars 1907, le ministre des Terres et Forêts (précédemment ministre de l'Agriculture sous Parent, puis des Terres, Mines et Pêcheries, sous Lomer Gouin qu'il avait contribué à porter au pouvoir), Adélard Turgeon, est accusé dans le journal L'Événement d'avoir plagié la lettre de Richet dans un discours prononcé à Honfleur le 14 août 1898 puisqu'on retrouve dans son adresse un passage presque identique aux derniers paragraphes de la lettre attribuée à Verne.  (Le Honfleur du lac Saint-Jean dont il est si souvent question dans Maria Chapdelaine doit d'ailleurs son nom à l'accueil chaleureux réservé au ministre Turgeon par la ville de Honfleur en France à cette occasion.)

Il existe plusieurs versions imprimées de ce discours, dont deux qui sont parues dans des livres publiés à Québec en 1902 et qui correspondent à quelques majuscules près.  Voici le passage litigieux du discours de Turgeon, où j'indique en caractères italiques gras les mots qui ne se retrouvent pas dans la lettre à Richet :

L’avenir !  II serait plus que téméraire de chercher à soulever le voile qui le dérobe à nos regards.  Mais le continent américain doit-il se développer, franchir et remonter le fleuve de la civilisation dans l'homogénéité d'une seule et grande nation?  Des voix autorisées ont depuis longtemps répondu à cette question.  Un grand penseur a dit que la nature et l'histoire se réunissent pour établir qu'une grande république indivisible est une chose impossible.  Dans tous les cas, il est permis de croire que, réalisant les appréhensions de son fondateur, l’illustre Washington, le colosse américain croulera et que trois ou quatre grands États s’élèveront sur ces ruines.

En présence de cette éventualité, il est permis, à quiconque connaît les tendances de la race allemande et la position qu’elle occupe en Amérique, de prédire qu’un empire allemand surgira dans la vallée du Mississipi [sic] qu’elle contrôle déjà par sa langue, sa littérature et son influence sur les affaires publiques.

Cet empire naissant aux rives du Mississipi ne vous fait-il pas rêver à un autre empire se déployant sur les bords du Saint-Laurent, jouant sur le continent américain le rôle de la France en Europe ; pays de civilisation et de liberté, pays généreux, prêt à combattre pour un grand principe ou pour la défense d’une sainte cause; faisant éclore les plus belles fleurs de l'art, les plus beaux fruits de la pensée, manifestant dans le Nouveau Monde les initiatives fécondes et les vertus brillantes de l’âme française ?

C’est un rêve, je le sais, un rêve ambitieux, mais l'un de vos grands écrivains l'a dit : « Tout ce qui a été fait de grand dans le monde a été fait au nom d’espérances exagérées ?»

(Georges Bellerive, dir., Conférences et Discours de nos hommes publics en France, Québec : Léger Brousseau, imprimeur, 1902, pp. 132-133.)

La similarité des textes est frappante, avec juste ce qu'il faut de changements pour tenir compte des circonstances distinctes (dans un cas, un Québécois s'adresse à des compatriotes de Renan ; dans l'autre cas, ce sont deux Français qui communiquent).  Les points de ressemblance sont trop nombreux pour être dus au hasard.  Si ce texte était seul en cause, l'imputation de plagiat serait impossible à réfuter, même s'il faudrait postuler que Richet avait transmis à Turgeon une lettre qu'il allait garder par-devers lui sinon jusqu'en 1905...

En 1907, le ministre Turgeon s'empresse de faire appel à un arbitre d'une probité reconnue (et d'une tendance politique opposée), l'historien Thomas Chapais, pour l'innocenter.  Dans son rapport publié le 12 avril dans Le Soleil, Chapais révèle que ce passage du discours de 1898 était en fait la troisième mouture (au moins) d'un développement que Turgeon avait déjà servi à ses auditeurs en 1887 et 1895.  S'il ne subsistait qu'un état manuscrit du discours de 1887 (que Chapais déclare avoir eu sous les yeux), le discours de Turgeon le 23 juin 1895, prononcé au Monument des Braves à Québec, avait été reproduit le 25 juin dans le journal L'Électeur.  Je reproduis ici le passage incriminé :

L’avenir !  II serait plus que téméraire de chercher à soulever le voile qui le dérobe à nos regards.  Mais le continent doit-il se développer, franchir et remonter sans entrave le fleuve de la civilisation dans l'homogénéité d'une seule et grande nation?  Des voix autorisées ont depuis longtemps répondu à cette grave question.  Un penseur a dit que la nation et l'histoire se réunissent pour établir qu'une grande république indivisible est une chose impossible.  La centralisation à laquelle on s'adresse comme agent régénérateur de ces maux dans un pays de cette immense étendue, dans lequel les intérêts d'une section sont presqu'entièrement opposés aux intérêts des autres, la centralisation elle-même deviendra une cause de dissolution et précipitera sa ruineIl est permis de croire que, réalisant les appréhensions de son fondateur, l’illustre Washington, le colosse américain croulera et que trois ou quatre grands États s’élèveront sur ses ruines.  En face de cette éventualité, il est permis à quiconque connaît les tendances de la race allemande et la position qu’elle occupe [], de prédire qu’un empire allemand surgirait dans la vallée du Mississipi [sic] qu’elle domine déjà par sa langue, sa littérature et ses clubs, sa société et par le contrôle des affaires privées et publiques.

Cet empire naissant aux rives du Mississipi ne vous fait-il pas rêver à un autre empire se déployant sur les bords de notre grand fleuve, jouant sur le continent le rôle de la France en Europe ; pays de civilisation et de liberté, pays généreux[] prêt à combattre pour un grand principe ou pour la défense d’une sainte cause, car il y a quelque chose en lui du peuple choisi de Dieu pour une mission particulière dans le développement de la civilisation humaine.  J'ai dit que c'était un rêve, mais j'ai foi dans ce rêve parce que j'ai foi dans la force et la vitalité de notre peuple, parce que je crois qu'il a conservé intacte la racine morale de sa puissance et ce potius mori quam fœdari, ce plutôt mourir que forfaire qui l'a sauvé un jour du danger et des défaillances nationales!

Si on compare les trois versions, il est troublant de constater que le texte censément signé par Verne en 1896 se rapproche le plus de l'extrait du discours de 1898.  Certes, tout ce qui apparaît en caractères romains dans l'extrait de 1895 immédiatement ci-dessus se retrouve dans la lettre de Verne à Richet, ce qui accréditerait la thèse d'un plagiat de Verne en acceptant qu'un numéro de L'Électeur ait traversé l'Atlantique pour tomber sous les yeux du romancier...  Toutefois, plusieurs tournures ainsi que la citation de Renan au sujet des espérances exagérées ne sont communes qu'à la lettre de 1896 et au discours de 1898.  Selon Chapais, le ministre Turgeon se fondait en 1907 sur ses notes de 1898 pour affirmer avoir emprunté la citation de Renan à L'Avenir du peuple canadien-français (1896), d'Edmond Boisvert dit de Nevers, où ce dernier auteur citait Renan une demi-douzaine de fois (pp. 27, 63, 122, 178-180, 403), sans oublier la sentence finale de l'extrait débattu.

Pour admettre l'authenticité de la lettre à Richet, il faudrait donc qu'en février 1896, Verne ait piqué à Turgeon plusieurs phrases de son discours de juin 1895, tout en agrémentant cet extrait d'une citation de Renan et de tournures qui ressurgiraient dans le discours de Turgeon à Honfleur deux ans plus tard.  Il faudrait donc admettre en outre que la lettre de Verne ait été communiquée au ministre entre temps pour que celui-ci en copie les nouveautés sans s'offusquer d'un plagiat évident — ou encore que Verne et Turgeon aient eu des inspirations étonnamment semblables, chacun de son côté.

Verne pourrait-il d'ailleurs avoir chipé la citation de Renan à la même source que Turgeon, soit L'Avenir du peuple canadien-français ?  Rien n'est moins sûr.

Dans sa préface à la réédition de 1964 de l'ouvrage d'Edmond Boisvert, Claude Galarneau affirme : « Publié à compte d'auteur, ce livre ne fut jamais mis en vente.  De Nevers se contenta de l'envoyer à ses amis canadiens et américains, à ses camarades de collège, à ses confrères du barreau, aux supérieurs des collèges de l'époque ainsi qu'à quelques journalistes.  Il pria cependant ces derniers de ne pas parler de son livre dans leurs feuilles. » (p. 11)  Toutefois, le titre est cité dans le volume de mai 1896 du Bulletin des recherches historiques dans la section des « Publications du mois ».  En outre, pour l'Exposition universelle de Paris en 1900, le libraire Granger l'inclut dans une Bibliographie canadienne, catalogue d'un choix d'ouvrages canadiens-français à la page 77 en précisant bien un prix de vente de 80 cents.  On peut en tirer deux conclusions intéressantes.

D'une part, que l'ouvrage de Boisvert est vraisemblablement paru au plus tard en avril 1896 (terminus ante quem) en tenant compte du temps de traversée des navires de l'époque et des délais d'impression du bulletin pour une sortie en mai, mais qu'on ne peut pas fixer pour l'instant de terminus post quem à sa publication, sinon le premier janvier 1896 puisque l'année d'édition est clairement indiquée.  D'autre part, que l'ouvrage a été distribué avec suffisamment de générosité pour que des exemplaires soient libérés pour la vente par leurs destinataires.

Si Verne a reçu et lu ce livre avant de composer sa lettre en février 1896, il a dû figurer parmi les premiers à bénéficier d'un exemplaire de la part de l'auteur, ce qui ne serait pas entièrement surprenant s'il était compté parmi les amis du Canada en France.  Les délais sont courts, toutrefois.  Que Verne ait également eu en main le discours de Turgeon en 1895 semble encore moins probable, mais non impossible.

En 1907, Chapais avance que la lettre de Verne pourrait dater en réalité de 1899, et non de 1896, en raison d'une coquille typographique (l'inversion d'un 9 en 6) imputable au Gaulois.  Du coup, la missive aurait pu emprunter des éléments du discours de 1898 par la faute d'un secrétaire paresseux ou malavisé, plus ou moins à l'insu de Verne.  Mais ce dernier disposait-il d'un secrétaire pour rédiger ses lettres en 1899?  Quoique l'hypothèse soit ingénieuse, elle est surtout contredite par les dires de Richet, qui prétend avoir reçu la lettre en Colombie-Britannique avant son départ vers le nord.  Or, s'il règne un certain flou sur les dates de ses voyages en Alaska et au Yukon, sa relation de voyage, Au Klondike (1898), indique clairement que ses amis et lui ont pris la mer en avril 1897 (p. 11), après le début de la ruée vers l'or.  La lettre de Verne ne peut donc pas dater de 1899.

Il ne subsiste donc qu'une ultime possibilité, déjà envisagée par Chapais en 1907 : « Ou enfin les lecteurs du "Gaulois" auraient-ils été l'objet d'une mystification pure et simple ? »  La publication posthume évitait un démenti de Verne et il deviendrait possible de s'interroger sur la véracité des autres affirmations de Richet quant à ses contacts avec Verne.  La veuve de ce dernier, Honorine, mourra en 1910 et aurait pu donner l'heure juste sur leur fréquentation, mais on peut douter qu'on lui ait posé la question.

Le fin mot viendra d'un article de Jean Masset dans un journal parisien qu'il resterait à identifier, Le Soleil de Québec reproduisant en page 4 les passages les plus pertinents dans son édition du 3 juillet 1907 — après avoir mis l'eau à la bouche de ses lecteurs dans l'édition du 29 juin.  Qu'a découvert Masset ?  Que Richet, dans un opuscule de 1900 de sa plume, Les Régions boréales, avait inséré le même passage incriminé, sans guillemets ou référence à Verne ou Turgeon.

Dès lors, la malhonnêteté de Richet est indubitable et il convient sans doute de tenir le reste de la lettre de Verne pour factice.  Il est même permis de penser que Richet récidivera plus tard en se faisant louer pour son expédition yukonnaise par le poète québécois Louis Fréchette — du moins, selon la préface de Paul Painlevé à son ouvrage La Mauritanie (Paris, Émile-Larose, 1920).  En effet, selon Painlevé, Fréchette aurait dit à Richet, de passage à Montréal après son équipée en Alaska et au Yukon : « Vous venez de tracer aux poètes de demain un sujet d'épopée ».  Comme Fréchette était mort en 1908, il n'était pas en mesure de nier, lui non plus...

L'ouvrage de Gérard Fabre nous rappelle donc qu'il demeure possible d'ouvrir des perspectives nouvelles sur les écrits de Jules Verne et sa place dans l'aire culturelle francophone du XIXe siècle.

Libellés : , ,


2018-06-24

 

Chroniques post-apo d'un poète ado

Les fictions post-apocalyptiques ne sont plus rares au Québec.  En fait, on pourrait même parler d'une véritable floraison depuis une dizaine d'années, qui compterait sur des titres de Véronique Drouin (Amblystome), Blais et Casséus (L'Esprit du temps) ou Mavrikakis (Oscar De Profundis).  J'avais d'ailleurs signalé précédemment un roman jeunesse d'une fraîcheur remarquable, Chroniques post-apocalyptiques d'une enfant sage d'Annie Bacon.

Cette fois, le filon nous vaut un autre roman jeunesse (pour des lecteurs un peu plus âgés que l'ouvrage de Bacon) d'une originalité détonante.  Dès la parution du Domaine des Sans-Yeux en 1989 et de Pellicules-Cités en 1992, Lazure avait habitué ses lecteurs à des ouvrages dont la liberté d'écriture se conjuguait à une grande fantaisie imaginative, à peine contenues dans les cadres des champs établis, que ce soient celui de la science-fiction ou de la fantasy.  Sa dernière parution remontait à 2011 en jeunesse, mais l'attente des amateurs aura été largement récompensée.  Cette fois, Lazure s'inspire du Manuscrit trouvé à Saragosse de Jan Potocki, des livres sacrés de plusieurs civilisations et de ses propres poèmes d'adolescence pour composer une singulière épopée post-apocalyptique.  Les Chroniques de l'Après-Terre (2018) nous convie à suivre quatre jeunes femmes dans une grande équipée qui ne fait pas les choses comme tout le monde...


La protagoniste, Joni, est une jeune scribe et copiste que sa grand-mère charge de rapporter deux textes en la possession d'un homme d'une cité lointaine, Kantar.  En chemin, Joni devra également recueillir des écrits produits par les peuples sur sa route, dont les Rebelles, Éclatants et Fkions qui se font pourtant la guerre depuis des siècles, après le Grand Chaos qui a mis fin au monde d'avant.  Joni sera accompagnée de trois jeunes femmes plus âgées et plus expérimentées qu'elle, Nico, Nina et Siouxsie, qui l'aideront à se rendre à bon port.

Ce sont les épisodes de leur odyssée qui enchantent, plus que l'aboutissement de la quête, ainsi que la structure de la narration.  Lazure a choisi de raconter l'équipée de ses héroïnes en enchaînant les relations par les personnes qu'elles croisent sur leur route et en intercalant des extraits des textes recueillis : mythes, légendes, poèmes sacrés...  Ceci lui permet de faire preuve d'une grande inventivité, ou du moins d'une grande érudition, en exploitant des traditions différentes et en imaginant des cadres d'une grande variété.  L'émerveillement naît de l'hétérogénéité même des péripéties, mais aussi du jeu avec des métaphysiques distinctes.  Joni et ses compagnes côtoient des mondes rêvés, doubles ou infinis, vivent des intermèdes fantastiques et survivent à des phénomènes inexplicables.

Lazure avait déjà esquissé le monde où évoluent ses personnages et il s'était déjà passionné pour les futures réminiscences de la culture populaire du vingtième siècle, ou, plus précisément, de la culture populaire des années 1970 et 1980, entre autres dans Pellicules-Cités.  Le souvenir de cette culture d'avant le Grand Chaos influence encore le monde de Joni [Mitchell, évidemment], mais ce monde a aussi ses traits propres.  Les quatre voyageuses se déplacent à dos de « chevadaire » et elles rencontrent d'antiques machines de guerre.  Si le récit touche à la science-fiction, il ne cesse de vouloir s'en affranchir, d'une manière pas si différente des productions récentes d'Élisabeth Vonarburg.

L'ouvrage de Lazure se termine sur une tentative d'échapper à la simple odyssée picaresque en faisant tomber ses personnages entre les mains d'une société patriarcale qui prépare l'invasion de la cité où habite l'homme que Joni a été chargée de rencontrer.  Du coup, on retombe dans les ficelles romanesques classiques.  Captives d'une société qui veut les réduire à des rôles de concubines et de mères (on songera ici au sort de certaines prisonnières de l'État islamique), Joni et ses amies doivent se libérer pour avertir les citadins de Kantar de la menace qui les guette, mais elles sont très mal accueillies.  Le dénouement est donc nettement plus convenu, mais il reste assez satisfaisant, car Lazure réserve à ses lecteurs quelques surprises supplémentaires.

Je crains un peu que cet ouvrage passe inaperçu, tellement il s'écarte des formats actuels de la littérature jeunesse, même dans les genres de l'imaginaire.  Mais si on veut suggérer à des lecteurs ouverts à des expériences inhabituelles quelque chose qui sort des sentiers battus par AdA et consorts, ce roman mérite d'être sur la liste.

Libellés : , ,


2018-05-24

 

Souvenirs d'Épinal 2016

Ma première visite au festival des Imaginales d'Épinal remonte à mai 2009.  On trouvera ici quelques photos et quelques visages familiers.  J'étais revenu en 2016, mais je n'avais posté sur mon blogue qu'un horaire de mes interventions.  Pourtant, j'avais pris des photos.  Puisque je suis de retour à Épinal, je vais en exhumer quelques-unes, à commencer par ce cliché de la délégation des éditions d'Alire qui se tient sous l'affiche du festival à l'entrée du grand jardin qui l'accueille.


On reconnaîtra, de gauche à droite, Jean Pettigrew, Philippe-Aubert Côté, Jonathan Reynolds, Louise Alain et Philippe Turgeon.  Ensuite, une photo de la table d'Alire tenue, entre autres, par Jonathan Reynolds qui brandit les reproductions des drapeaux canadiens et québécois qui lui serviraient à bien distinguer la table de ses voisines.


La photo suivante remonte sans doute à la veille quand la tente qui accueille les exposants était encore en train d'être aménagée.  Quand s'amorce le festival, ce grand espace se remplit rapidement.


Les photos suivantes sont plus touristiques.  Après les Utopiales de 2013, quand j'avais à peine profité de l'événement pour un ensemble de raisons, j'avais résolu de ne pas laisser passer l'occasion de garder un peu de temps pour une visite de la ville.  Vers l'entrée du parc où se déroule le festival, j'ai pris cette photo d'un monument commémoratif.


J'ai aussi trouvé le temps d'aller visiter le musée consacré aux célèbres images d'Épinal et à l'industrie imagière de la ville en des temps plus anciens.  La promenade pour s'y rendre, le long des flots de la Moselle, m'a permis de prendre quelques jolies photos des berges du cours d'eau sous un soleil radieux.


Je ne connais pas l'identité et le rôle de cet édifice (ou j'ai oublié ce que j'avais pu apprendre), mais j'aime bien le rythme visuel créé par les fenêtres et les poteaux.  Ainsi que par leurs reflets dans l'eau.  La course de la Moselle est interrompue par quelques barrages ou autres aménagements (des canaux ne sont pas loin).  Un de ces obstacles opposés à la force du courant avait récolté les restes d'un arbre tombé à l'eau ou arraché à sa berge.  Le reflet dans l'eau est presque plus distinct que l'original...


Enfin, je garde de ce festival le souvenir de plusieurs hommages à l'auteur Ayerdhal, qui venait de disparaître quelques mois plus tôt.  Ces interventions ont culminé avec le nom donné à un carrefour du jardin d'Épinal.

Ce panneau temporaire a sans doute été remplacé depuis par quelque chose de plus permanent, que je m'attends à voir aujourd'hui.  En 2016, j'ai complété mes promenades en ville par une excursion pour visiter les restes du château médiéval qui surplombe la ville.

On apprécie mieux le travail des maçons en se rapprochant des restes du donjon, sauf erreur, pour admirer cette muraille, par exemple.

Ou peut-être s'agit-il du mur d'enceinte, tout compte fait.  Il faudrait que j'y retourne pour voir.  J'avais aussi pris en photo ce vestige d'une structure difficilement identifiable aujourd'hui, mais qui m'a paru visuellement intéressant en tant que tel.  C'est le plaisir parfois procuré par les ruines...


La vue de la ville du haut de la butte du château est moyenne, car la cuvette où s'étend Épinal restreint un peu les perspectives.  J'ai donc enjolivé ma photo des toits de la ville en y mettant ce sac bleu qui accompagne mes voyages depuis plus de trente ans...


Ce qui complète mon petit survol photographique de mon séjour en 2016.  C'est un peu mon équivalent de la fresque que les artistes invités étaient en train de réaliser sous la tente en 2016, comme on le voit dans cette ultime photo...


Libellés : , ,


2018-05-23

 

De Peyresq à Épinal

Dimanche, j'étais encore dans les Alpes maritimes pour profiter des Rencontres interdisciplinaires « Sciences & Fictions » de Peyresq.  C'est toujours un plaisir de rencontrer des chercheurs issus de plusieurs disciplines qui veulent réfléchir ensemble aux hybridations possibles de la fiction, en particulier la science-fiction, et des sciences qui se font actuellement.  Le cadre même (un village ancien magnifiquement restauré et modernisé, à environ 1500 mètres d'altitude) est également mémorable...


Le cadre vosgien d'Épinal est à peine moins verdoyant, mais il est quand même moins accidenté.

Puisque je suis désormais sur place, je peux confirmer mon horaire aux Imaginales tel qu'annoncé sur la page me concernant. Le jeudi 24 mai, je serai au coup d'envoi de l'événement à 10 h et à une table ronde à 16 h avec Laurence Suhner et Jean-François Thomas (« La science-fiction... une lecture plaisir ! ») Le samedi 26 mai, je participerai à la grande table ronde à 13 h sur la science-fiction canadienne, avec Sébastien Chartrand, Steven Erickson, Karoline Georges, Patrick Senécal et Élisabeth Vonarburg, ainsi qu'au lancement de l'anthologie Créatures à 15 h, avec plusieurs des contributeurs. Enfin, le dimanche 27 mai à 12 h 30, je ferai partie du déjeuner des écrivains canadiens (auquel on peut s'inscrire pour nous rejoindre puisque c'est une activité au programme).

Quant à mes heures de dédicace sous la tente, elles seront indiquées à la place que le libraire m'aura réservée.

Le festival des Imaginales sera pour moi l'occasion de présenter le Petit Guide de la science-fiction au Québec à des lecteurs européens, de signer des titres de Laurent McAllister ensemble avec Yves Meynard et de donner un peu de publicité à mes titres numériques, dont la récente édition du récit Les Derniers Lecteurs chez Nutty Sheep.

Libellés : , ,


This page is powered by Blogger. Isn't yours?