2019-10-09

 

Les limites du suffrage (universel)

Le droit de vote n'a jamais été une évidence.  En particulier, quand il s'agit de s'en servir pour désigner qui va exercer le pouvoir suprême dans un État, ou à tout le moins les pouvoirs exécutif et législatif.  Au temps de l'aristocratie triomphante, le droit de vote était souvent limité aux hommes libres détenteurs d'un minimum de biens mobiliers et immobiliers, ces derniers représentant le plus souvent le critère décisif.  Cette restriction se fondait sur l'idée que les propriétaires terriens, en tant que principaux bénéficiaires du statu quo et premiers concernés par la défense de l'État (en tant que contributeurs aux forces militaires), méritaient d'avoir voix au chapitre.

Au fil des ans et des révolutions, les restrictions sont tombées.  Le droit de vote a été accordé aux hommes de toutes conditions.  Puis, il a été accordé aux femmes.  Plus l'État a été compris non comme un ordre des choses préservant une hiérarchie sociale mais comme une entité économique productive, plus il est devenu nécessaire de reconnaître ceux et celles qui contribuaient à cette production économique.  Néanmoins, malgré le travail des enfants, il a toujours semblé nécessaire de décréter un âge minimal pour voter, afin que les électeurs soient supposés suffisamment raisonnables et bien informés pour voter de manière éclairée.  De même, les personnes jugées non compos mentis n'avaient pas le droit de voter.

Ce raisonnement a entraîné certaines dérives.  Au nom de la défense d'un vote éclairé et informé, on a parfois imposé des tests de lecture ou d'écriture aux votants pour réserver dans les faits le droit de vote aux personnes capables de lire et d'écrire, ce qui était alors appliqué pour écarter de l'urne certaines minorités plus pauvres ou moins éduquées au moyen de tests particulièrement vicieux.  D'autres minorités (religieuses ou ethniques) étaient parfois exclues d'office, parce qu'elles ne pouvaient appartenir à la nation organique dont l'État n'était qu'une émanation.

Dans nos démocraties, l'âge minimum a été abaissé à 18 ans au siècle dernier, en partant du principe que si on avait le droit de boire et de conduire un véhicule, ainsi que le douteux privilège de se faire tuer à la guerre à partir de 18 ans, on ne pouvait priver un citoyen ou une citoyenne de la possibilité de se prononcer sur le gouvernement qui l'enverrait au front.  Et il est maintenant question d'abaisser cet âge à 16 ans, parce que les technologies de l'information et des communications ont donné aux jeunes infiniment plus de moyens de s'informer que jamais auparavant.

En revanche, le vieillissement de la population, assurant une influence prépondérante aux têtes grises, suscite désormais des propositions (qui relèvent pour l'instant de la plaisanterie) de fixer un âge maximum pour voter.  Après tout, les électeurs plus âgés cumulent : non seulement ils sont de plus en plus nombreux, mais ils restent aussi de plus en plus nombreux à voter.  La question qui se pose, c'est de savoir si les priorités des personnes âgées devraient automatiquement l'emporter sur celles de tous les autres groupes d'âge.  De plus, comme il est avéré que les aînés sont de plus en plus influençables, il conviendrait de limiter leur participation électorale au-delà d'un certain âge pour laisser la place à des esprits réellement indépendants.  En outre, ce qui a été souligné dans le cas du Brexit, c'est que les retraités britanniques avaient voté pour un choix qui les affecteraient peu, puisqu'il faudrait trois à quatre ans pour en arriver à un nouvel état de fait, tandis que le reste de l'existence des électeurs plus jeunes serait déterminé par ce choix imposé par les plus âgés...

Dans ce débat, il n'y a sans doute pas d'argument définitif, et l'âge est demeuré le critère par défaut parce qu'il est plus objectif que les autres tests qui permettraient de sélectionner l'électeur parfait ou l'électrice idéale.  Cela dit, on peut imaginer d'autres voies pour rétablir une certaine équité inter-générationnelle.

Par exemple, il serait possible de pondérer le vote de chacun en fonction du nombre d'années qui lui reste à vivre.  Si l'espérance de vie du pays au moment de l'élection était de 84 ans, un électeur de 24 ans disposerait d'un droit de vote doté d'un poids de 60 et une électrice de 64 ans disposerait d'un droit de vote multiplié par 20.  Ainsi, il faudrait trois votes gris pour équilibrer un vote de vingtenaire...  Comme il existe aussi des calculs de l'espérance de vie à chaque âge, il serait également possible de raffiner la pondération en utilisant l'espérance de vie qui correspond à l'âge du votant, histoire d'éviter des votes dotés d'un poids négatif (pour une personne âgée de 94 ou 104 ans, mettons).  Au bureau de scrutin, lorsque la personne qui vote se fait identifier, elle se ferait remettre un bulletin de vote portant le numéro correspondant au poids de son vote afin de conserver l'anonymat du suffrage.

Les conséquences d'un tel système sont assez imprévisibles.  Est-ce que la participation électorale des jeunes augmenterait parce qu'ils auraient la certitude d'exercer une influence significative sur le résultat ?  Ou diminuerait-elle parce que les jeunes se diraient qu'il était encore moins important de voter ?  Mais que se passerait-il dans l'éventualité d'un autre baby boom ?

En attendant, les Canadiens et Canadiennes n'ont qu'une manière de peser sur la suite des choses.  En votant d'ici la fin de l'élection.

Libellés : ,


Comments: Publier un commentaire

<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?